Hit-Parade




 Cher visiteur, présentez la souris sur une des icônes ci-dessus et cliquez pour accéder directement à la rubrique désirée. 
_______________
_______________
- L comme "Lampe de Wood" (Lettre "L")
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Message







MessagePosté le: Sam 10 Juin - 16:18 (2017)    Sujet du message: L comme "Lampe de Wood"

L comme "Lampe de Wood"

Une lampe de Wood est un outil diagnostique utilisé en médecine, plus particulièrement en dermatologie.
Elle permet d'examiner la peau du patient avec une lumière ultraviolette (avec une longueur d'onde d'environ 365 nanomètres).
La technique permettant de produire une source d'ultraviolet a été inventée par Robert Williams Wood en 1903 avec sa "Wood's glass",
mais ce n'est pas avant 1925 que cette technique a été utilisée en dermatologie pour la détection d'infection mycosique des cheveux.



L’introduction de produits luminescents dans le processus de fabrication des timbres- poste à partir des années 1960
a contribué à développer l'usage des lampes à rayons ultraviolets dans le domaine de la philatélie.
Une vingtaine d'équipements différents sont disponibles sur le marché.
Si vous ne vous êtes pas encore équipé, voici ce que vous devez savoir avant de concrétiser votre achat.
Il faut le savoir: avant le milieu des années 1960, seuls quelques nantis, et évidemment les professionnels du timbre,
comme les experts, possédaient une lampe de Wood, outil indispensable au même titre que les loupes à très fort grossissement
ou les microscopes qui leur servaient à détecter les défauts cachés des timbres, les falsifications et autres réparations.
Sous rayonnement ultraviolet, les papiers et les encres utilisés pour la fabrication des timbres
réagissent en présentant des couleurs différentes de celles que l'on observe à la lumière du jour.
L’expert observe donc les nuances de couleurs mises en évidence sous la lampe et les compare avec celles d'un timbre qu'il sait être authentique.
Si les deux timbres ou les deux surcharges réagissent de la même façon, il n'y a apparemment pas de problème.
S'il découvre des différences, c'est qu'il y a probabilité de trucage.
La «lumière noire» permet de distinguer beaucoup de détails qu'on ne voit pas habituellement.
Si vous êtes allé au moins une fois dans certaines boîtes de nuit qui utilisent cet éclairage au moment des passages de musiques lascives,
vous avez dû remarquer l'apparition de poussières microscopiques sur vos vêtements, la blancheur bleutée et éblouissante
des cols et des poignets de chemises que l'on ne remarque pas aussi intensément sous un éclairage traditionnel.
C'est cette propriété très particulière de lampe de Wood qui était et qui est encore utilisée dans l'univers du timbre- poste.
Un autre événement allait contribuer à populariser son usage: l'utilisation de matières luminescentes dans la fabrication des timbres-poste.
Sans vous raconter tous les détails de cette innovation technique, disons qu'il s'agissait, pour les différentes postes des pays industrialisés,
de trouver un système leur permettant d'accélérer les procédures de tri, de discrimination du courrier et de son oblitération.
Il leur fallait trouver un procédé simple, et surtout plus rapide que l’œil humain, permettant de détecter la présence d'un timbre sur une enveloppe.
Moyennant quoi, les différentes machines à oblitérer aux performances accrues pouvaient être utilisées au mieux de leurs capacités.
Ce nouveau procédé consistait à l'adjonction d'un produit luminescent dans le papier du timbre ou dans l'encre,
capable d'être «lu» par une cellule photo-électrique fonctionnant aux UV.
Ce système ayant fait ses preuves, très vite les administrations postales adaptèrent leurs timbres
en fonction des nécessités techniques exigées par leurs centres de tri.
Du papier comportant des composés fluorescents à l'utilisation d'encres ou de vernis phosphorescents,
ou encore à la surcharge de barres phosphorescentes (France et en Grande-Bretagne, par exemple).
Cette adaptation ne se généralisa pas immédiatement, chaque pays, testant et essayant différents produits et techniques
avant de trouver ceux qui lui convenaient le mieux. Mais elle provoqua çà et là l'apparition de timbres
avec et sans produits luminescents, avec et sans barres phosphorescentes.
Autant de possibilités recherchées par les philatélistes puisque, selon les pays, l'une ou l'autre de ces 2 catégories de timbres
pouvait être substantiellement moins courante que l'autre, et donc bénéficier d'une cote plus élevée.
Tout le monde a en mémoire le 0,25 F «Coq de Decaris» fluorescent, utilisé presque clandestinement vers 1963
et découvert 7 années plus tard seulement, ou le 60 c lilas «Lion héraldique» de Belgique,
imprimé par erreur sur du papier blanc et non phosphorescent...

Mais comment découvrir ces timbres autrement qu'avec une lampe de Wood?
L’utilité, pour ne pas dire la nécessité, d'un tel appareil pour les collectionneurs étant démontrée, il n'en fallait pas plus
pour que les fabricants de matériel entreprennent la conception de lampes pouvant être faciles à utiliser et pas trop coûteuses.

Les lampes manuelles:



Ce sont les plus répandues car elles sont d'un encombrement réduit (160 x 55 x 25 mm d'épaisseur) et peuvent être mises dans la poche.
Elles sont également assez peu coûteuses: de 20 à 30 euros.
Elles comportent un tube UV de 4 watts protégé par un couvercle en matière plastique transparent
et fonctionnent avec des piles (4 x 1,5 volt, type LR6, parfois fournies par le fabricant).
Il existe un modèle du même type, d'un format beaucoup plus petit (environ 80 x 45 x 20 mm), pratique pour son minimum d'encombrement.
Avantages:
- faible coût
- maniabilité
- transport facile, car pouvant être mise dans une poche
- autonomie de fonctionnement
Inconvénients:
- dispersion du rayonnement
- pas de possibilité d'examens poussés
- autonomie réduite
- usure rapide du tube UV

Les lampes sur socle:



Il s'agit bien évidemment de lampes que vous ne pouvez utiliser que sur le secteur.
Comme le montre la reproduction ci- dessus, le tube est fixé sur un support, surmonté d'un couvercle le recouvrant et le maintenant
à l'abri de la lumière. Les performances de ces lampes s'en trouvent optimisées, en ce sens qu'elles permettent de mieux voir
les réactions luminescentes des timbres lorsque le tube est activé. Contrairement aux lampes précédentes, on peut les utiliser en «mains libres», c'est-à-dire que les seules manipulations que vous ayez à faire sont celles qui consistent
à déplacer vos timbres en dessous et à l'écart de la lampe. Dans le cas précédent, vous étiez obligé de déplacer la lampe.
Les prix s'étalent entre 50 et 200 euros pour les modèles les plus courants. Certaines marques, comme Safe,
développent des matériels plus sophistiqués, avec des loupes grossissantes et des éclairages d'appoint, comme la lampe Philalux3.
Le prix, qui dépasse les 250 euros est évidemment à la hauteur des très bonnes performances de cette lampe.
Avantages:
- possibilité d'examens plus fiables
- faible consommation électrique
-matériel plus solide
- petit encombrement
- examen des timbres et des lettres dans leurs albums sans avoir à les déplacer.
Inconvénients:
- appareils plus coûteux
- utilisables uniquement sur secteur

Un tuyau pour ménager votre tube:
Pourquoi les tubes UV des lampes manuelles, pourtant identiques à ceux des lampes de bureau,s'usent-ils plus vite?
C'est tout simplement le fait d'allumer et d'éteindre successivement votre lampe qui détériore votre tube UV.
Une manipulation que l'on est obligé de faire très souvent avec une lampe de poche.
Avec une lampe de bureau, vous avez tout intérêt à la laisser fonctionner même si vous n'en faites pas un usage continu.
Votre tube et votre porte-monnaie, puisqu'un tube de rechange coûte de 10 à 20 euros, vous en sera reconnaissant!

UV longs ou UV courts:
Les équipements des administrations postales sont différents d'un pays à l'autre.
Ainsi, si toutes utilisent des matériels fonctionnant sur le principe de la luminescence, les systèmes sont toutefois différents.
La Grande-Bretagne et les Etats-Unis, par exemple, préfèrent employer des produits luminescents
qui ne réagissent que sous des lampes à rayonnement ultraviolet court (254 nanomètres).
La phosphorescence de leurs timbres ne peut donc pas être décelée si vous ne possédez pas le tube UV correspondant.
Les timbres des autres pays comme la France, l'Allemagne ou l'Italie comportent des produits qui réagissent
aux UV longs (366 nanomètres), des rayonnements qui sont d'ailleurs moins nocifs pour l’œil.
Moralité: si vous voulez trier des timbres anglo-saxons, équipez vous du tube adéquat
(que vous pouvez inter changer sur. certaines lampes, mais renseignez-vous auprès de votre revendeur),
il vous en coûtera environ 30 euros.

Voir également ces sujets:

- L comme "Luminescence"

- P comme "Phosphorescence"


Avez-vous aimé ce sujet?_____
_____

________
________
________
________




Vous pouvez nous contacter directement en cliquant sur ce logo:

Philatéliquement vôtre,
Corailphila, administrateur du site.







MessagePosté le: Sam 10 Juin - 16:18 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:   
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Tous droits réservés: © Corailphila - 19 novembre 2012 - © Dictionnaire anecdotique de la Philatélie
Retour en haut Retour en haut

La Philatélie ensoleillée sur Philatelistes.net